Le darshan

Certaines de ses oeuvres humanitaires sont particulièrement lucratives, la majeure partie des dons n'est pas affecté au domaine caritatif, les enseignements ne sont pas aussi anodins qu'on pourrait le croire et ils sont même largement teintés par le nationalisme, les dévôts les plus proches d'Amma ont des agissements plus que contestables. Que reste-t-il? La marque distinctive d'Amma, c'est sa façon particulière de donner son darshan.

Le mot "darshan" signifie "vision de dieu". Chaque maître spirituel possède sa façon personnelle de donner le darshan. Contrairement à beaucoup de maîtres qui se mettent sur un piédestal lointain pour recevoir occasionnellement leur dévots, Amma enlace les personnes une par une pendant de longues heures pour donner son darshan. Cette performance est perçue comme une preuve de sa compassion infinie.

Selon le discours officiel, elle a ainsi étreint environ 30 millions de personnes en 30 ans. Ce chiffre est à revoir à la baisse car les dévots qui en ont les moyens la suivent un peu partout dans le monde. Nombreux sont ceux qui profitent de la moindre occasion pour recevoir un darshan, quitte à frauder avec les règles énoncées pour le bon déroulement des programmes. En 5 ans sans frauder, je suis passée environ une quinzaine de fois au darshan. Je vous laisse imaginer ce qu'il en est de ceux qui la suivent depuis plus d'une vingtaine d'années. Il ne serait donc pas déraisonnable de diviser le chiffre officiel par 10 et de supposer qu'Amma a prodigué 30 millions de fois son darshan à 3 millions de personnes.

Lorsqu'elle est en tournée européenne, des milliers de personnes se déplacent pour recevoir l'étreinte, après quoi ils retournent tranquillement à leur petite vie. Ces milliers de visiteurs la connaissent 3 jours par an et l'oublient le reste du temps. Beaucoup d'entre eux courent d'un maître à l'autre, d'un centre spirituel à l'autre, beaucoup n'ont jamais lu ses livres et n'ont aucune idée de la teneur de ses enseignements. Ses centres sont fréquentés tout au plus par quelques centaines de visiteurs occasionnels. Le nombre de personnes investies dans la vie des centres et dans les oeuvres caritatives est encore plus réduit. Il ne serait donc pas déraisonnable de diviser mon chiffre officieux par 10 et de supposer qu'Amma a prodigué le darshan à 3 millions de personnes, dont 300 000 sont des dévots occasionnels et 30 000 des dévots permanents.

Si Amma ne donnait pas le darshan, qui la considérerait encore comme un maître spirituel? Soyons honnêtes, la majorité des gens ne s'intéressent qu'à ça. Ils sont des milliers à se mettre à genoux pour recevoir son étreinte, ils sont des centaines à faire du bénévolat pour obtenir des bonus auprès d'elle, ils ne sont qu'une poignée pour organiser bénévolement le programme, ils sont une pincée à ranger le matériel et à nettoyer le lieu lorsqu'Amma est partie. Tout le monde veut recevoir, très peu veulent donner. Et tout ce beau monde se prétend chercheur spirituel pétri d'amour divin. Pourquoi tant d'égoïsme et d'hypocrisie au cours d'un événement censé être spirituel? Peut-être que le darshan n'est pas ce qu'il a l'air d'être.

Durant toutes ces années, je me suis posé une question. Amma est censée transmettre une vision de dieu lors de cette étreinte. Comment se fait-il qu'on ressente le besoin de retourner indéfiniment au darshan? Un aperçu devrait être suffisant pour cheminer en direction de ce qu'on a vu. Pourquoi réitérer cette vision encore et encore au fil des années? Que se passe-t-il réellement durant le darshan? D'après mon expérience personnelle, confirmée par le témoignage d'autres internautes, ceux qui viennent avec des émotions repartent bouleversés, en larmes, euphoriques, apaisés... Ceux qui viennent sans émotion repartent comme ils sont venus. Le darshan tripatouille les émotions en profondeur, c'est un fait mais quel rapport avec la divinité? Aujourd'hui j'ai l'impression qu'il n'y a aucun rapport. Le darshan semble surtout provoquer une addiction émotionnelle.

Dès qu'on a été touché émotionnellement, un autre phénomène se met en place. Tout d'un coup les événements s'accélèrent, tout s'amplifie, la synchronicité est à chaque coin de rue, l'euphorie est omniprésente. Il suffit parfois de penser à Amma pour voir des problèmes se résoudre comme par magie. Curieusement, des tracas improbables apparaissent tout aussi magiquement. J'avais l'habitude de considérer cela comme la manifestation de la "grâce divine" dans ma vie. Aujourd'hui je porte un autre regard sur ce phénomène. Amma n'est qu'un support. La formidable énergie qu'elle semble dégager vient des gens eux-mêmes. Toutes ces personnes, qui sont dans l'euphorie, dans la dévotion, dans l'émotion, se focalisent intensément sur un point unique. Amma se transforme ainsi en gigantesque centrale énergétique où chacun peut verser et puiser. Le problème est que les plus forts se servent copieusement, les plus faibles sont vite épuisés. Ce fut mon cas.

Le témoignage de Gail est arrivé à temps car j'étais dans un état d'épuisement nerveux insurmontable, doublé d'une surexcitation à chaque fois que j'étais en contact avec l'univers d'Amma. Beaucoup de dévots sont familiers avec ce phénomène. La fatigue, l'irritabilité, la saturation, la dépression sont remplacés par l'euphorie à chaque fois qu'on écoute des bhajans, qu'on fait des récitations, qu'on regarde des photos ou des vidéos, qu'on lit des articles sur Amma, qu'on parle d'elle ou qu'on pense à elle. À partir du moment où j'ai quitté le mouvement, sans changer quoi que ce soit dans mon emploi du temps quotidien, la fatigue nerveuse incroyable a disparu en 1 semaine. Il restait la fatigue physique inhérente. Heureusement j'ai trouvé un moyen de la soigner, j'ai recouvré mon énergie physique en 3 mois environ.

Je soupçonne quelques uns des dévots de s'investir dans le bénévolat uniquement pour avoir une raison de se concentrer sur Amma au quotidien et se procurer ainsi leur dose d'énergie. Ils affirment avec modestie servir Amma alors qu'ils se servent personnellement. Certains s'accrochent au bénévolat, quitte à provoquer des conflits, même si leur contribution est dictatoriale ou désastreuse. Pour moi Amma est comme une salle de marché. Elle fournit l'infrastructure, les dévots apportent des milliards de devises énergétiques et se les échangent selon les lois de l'offre et de la demande. Les petits porteurs ont de modestes revenus énergétiques. Parmi ceux qui investissent beaucoup, certains remportent le gros lot, d'autres repartent ruinés. La communication officielle montre le visage des dévots souriants mais elle n'évoque pas les nombreux cas de dépressions et de suicides, les multiples maladies et accidents.

Qu'en est-il d'Amma? Son abondante générosité peut éventuellement provenir de son rôle de centrale énergétique. Les places boursières prélèvent des commissions sur les transactions qui s'y déroulent, il en va sûrement de même dans le domaine énergétique. Si elle prélève une part de l'énergie que chacun verse dans cette gigantesque communauté, il est logique qu'elle soit alerte et euphorique en permanence. Lorsqu'on prie pour un malade, il se rétablit plus vite. Imaginez l'effet de milliers de prières dirigées quotidiennement vers une personne bien portante. Si c'est bien le cas alors il se peut qu'elle sature et devienne agressive au fil du temps, comme le disent certains témoignages. Le nombre de visiteurs a augmenté petit à petit sur une trentaine d'années, elle a ainsi pu augmenter progressivement ses capacités en conséquence mais la nature humaine a ses limites.

Certains ex-dévots choisissent de tout rejeter en bloc et affirment qu'elle n'est qu'arnaque de A à Z. Je fais partie de ceux qui pensent qu'il faut tout de même quelques talents pour réussir à captiver une telle audience. Pour commencer, je constate chez elle le pragmatisme, la force, la rudesse, la résistance, l'endurance et l'abnégation que je vois dans ma famille au Togo. Dès l'enfance, les villageois des pays défavorisés sont obligés de développer leurs capacités physiques et nerveuses au maximum, c'est une question de vie ou de mort. Tout le monde dit qu'Amma est douce, je n'ai jamais perçu quoi que ce soit de tel en elle. Au contraire, elle a la poigne solide, le geste ferme et sec, comme ma grand-mère, mes tantes et cousines. J'ai aussi l'impression qu'elle est légèrement télépathe et qu'elle possède quelques dons en psychométrie. Grâce à ses capacités physiques, nerveuses et psychiques, aidée par la mise en scène du darshan, s'appuyant sur l'énergie des dévots, elle peut émouvoir et mystifier.

Revenir